Carnegie Climate Governance Initiative

Note de politique : Gouvernance dela modification du rayonnement solaire

Les engagements actuels pris dans le cadre de l’Accord de Paris sur le changement climatique de 2015 sont insuffisants pour maintenir le réchauffement de la planète en dessous des 2°C et, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), des mesures beaucoup plus ambitieuses sont nécessaires. C’est pourquoi les scientifiques et d’autres acteurs réfléchissent à la viabilité des technologies de modification du climat connues sous le nom de modification du rayonnement solaire (MRS). Celles-ci visent à réfléchir le rayonnement solaire (lumière du soleil) dans l’espace ou à laisser davantage de chaleur s’échapper de l’atmosphère terrestre afin de parer certains des effets du changement climatique en réduisant la température de la planète.

Les technologies de MRS ne s’attaqueraient pas aux causes du changement climatique et ne peuvent par conséquent pas remplacer la réduction des émissions ou l’élimination du dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère. Elles pourraient, dans le meilleur des cas, nous permettre de « gagner du temps » tandis que ces mesures essentielles sont accélérées. Elles englobent une gamme de technologies (voir tableau) qui varient grandement. Elles sont essentiellement théoriques, mais si elles étaient déployées à grande échelle, certaines d’entre elles pourraient engendrer des risques et des problèmes de gouvernance importants et probablement à long terme.

Privacy Preference Center

Web Analytics

These are used to track user interaction and detect potential problems. These help us improve our services by providing analytical data on how users use this site.

gdpr, _ga, _gid, _gat

Share This