La Carnegie Climate Governance Initiative (C2G) et le Groupe conjoint d’experts sur les aspects scientifiques de la protection de l’environnement marin (GESAMP) ont organisé un événement parallèle virtuel “Éclaircissement des nuages marins – Un dilemme de gouvernance” le 1er juillet 2022, 11:00– 12h15 WEST dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur les océans, qui s’est déroulée du 27 juin au 1er juillet 2022. Les actions et les engagements pris par les pays dans le cadre de l’Accord de Paris sont insuffisants pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degrés Celsius afin d’éviter un changement climatique catastrophique; certains des endroits les plus vulnérables dans le monde sont déjà confrontés à des impacts importants et la Grande Barrière de Corail a été gravement affectée par les vagues de chaleur marines causées par le changement climatique et subit actuellement son sixième blanchiment de masse. Le rapport spécial de l’IPCC 1.5 a prédit que jusqu’à 70% – 90% des récifs coralliens auront disparu à 1,5C et plus de 99% seraient perdus à 2C. Pour réduire le blanchiment sur le récif, un groupe de chercheurs et d’ingénieurs australiens explorent et mènent des expériences en plein air pour tester localement l’éclaircissement des nuages marins (MCB en anglais) qui cherche à blanchir les nuages au-dessus de l’océan pour réfléchir le rayonnement solaire dans l’espace afin d’obtenir un refroidissement. Le MCB est un type de modification du rayonnement solaire (MRS), qui peut avoir le potentiel de protéger l’environnement marin en réduisant les risques climatiques, mais il pourrait créer de nouveaux risques, des défis éthiques et de gouvernance – en particulier s’il est deployé à échelle d’une intervention climatique mondiale. La gouvernance de la recherche représente un défi exceptionnel, en particulier les préoccupations concernant la recherche qui pourraient mettre la société sur une «pente glissante» vers le déploiement et détourner l’attention de l’objectif essentiel de réduction et d’élimination des émissions. Pendant ce temps, les scientifiques, les décideurs et les sociétés du monde entier n’en savent pas assez sur ses avantages ou ses risques potentiels pour pouvoir prendre des décisions éclairées sur son développement ou son utilisation éventuelle. Comment faire face à ce dilemme ? Comment pesons-nous ces préoccupations et les risques de ne pas savoir si la SRM pourrait pourrait constituer une option supplémentaire de réponse au changement climatique ? La société peut-elle tirer des enseignements du projet MCB qui pourraient faire progresser la gouvernance de la recherche sur la MRS ? Cet événement a réuni des conférenciers invités de différents horizons pour partager leurs points de vue sur ces questions difficiles en tant que contribution à la thématique 3 : Minimiser et traiter l’acidification, la désoxygénation et le réchauffement des océans.

Share This